lundi 27 mai 2013

Journal d'une hyperphage #2


Dix jours que j'ai commencé. Commencé quoi ? à vrai dire, pas grand-chose. Dix jours que j'ai commencé à faire attention à mon alimentation... ou plutôt à essayer de faire attention à mon alimentation. Bilan plutôt très mitigé. Globalement, j'ai fait plus attention qu'avant. Je n'ai pas fait des efforts titanesques, mais j'ai fait des efforts. Quelques-uns. Vu mes difficultés, c'est quand même pas si mal, même si je suis du genre à vouloir "tout ou rien" : ou je fais un régime de ouf et je perds 10 kg en deux semaines, ou je ne fais strictement rien (comprendre : je continue de bouffer comme douze).

Déjà, j'ai moins, beaucoup moins grignoté, voire plus grignoté du tout certains jours.
J'ai bu plus d'eau.
Je suis allée me promener à pied deux ou trois fois.
Je suis allée nager une petite demi-heure !

Voilà. C'est pas si mal, mine de rien. En dix jours, je crois n'avoir plus fait une seule orgie alimentaire. J'ai parfois craqué un peu – une tranche de pain de mie, un chocolat ou deux.

... Ben, tu vois, en parler, comme ça, me fait prendre conscience que, quand même, c'est pas si mal.

Non mais le souci, tu vois, c'est que je sens bien que je n'ai pas envie. Que je suis fébrile, que je veux manger. Surtout le soir. Le soir, c'est dur. Les journées sont fatigantes, très fatigantes avec deux enfants en (très) bas âge. Nous avons la chance d'avoir deux puces qu'on parvient à coucher (hyper facilement en plus) vers 20 h 30, 21 heures. Chaque soir, nous avons donc deux heures de repos rien qu'à nous. Et bien souvent, c'est plateau télé en amoureux. Dur dur de se motiver pour un plateau télé haricots verts-pommes vapeur...

Puis tu vois, moi, avec mes casseroles, mes complexes, mes coups de blues, mes soucis, ma fatigue, tout ce que j'ai à gérer, j'ai besoin, moi, de compenser. Vraiment, je sais qu'en ce moment, je ne peux guère faire plus d'efforts. Ce que je fais là, c'est mon maximum, pour l'instant. J'en ai trop besoin, trop.

Résultat : je n'ai rien perdu en dix jours.
Mais je n'ai rien pris.

Tu me diras : y a de quoi être fière, tout de même.

Oui mais, moi, j'ai 45 kilos de trop, vois-tu. Alors, bon, il s'agirait de commencer à fondre, tout de même.

Je ne vois qu'une solution, en attendant d'avoir besoin de moins compenser : faire du sport. Autant que mon corps et mon emploi du temps le permettent. De la natation. De la marche, chaque fois que possible. "Hep, hep, hep : encorrr une bonne chose de faite", comme dirait l'autre.

Je vais simplement continuer sans me projeter, sans penser au lendemain. Essayer, chaque fois que possible, de faire attention. De prendre un chocolat de moins. Marcher 5 mn de mieux. Ne pas me resservir. Toujours ça de gagné. Juste avancer pas à pas ; je ne peux pas faire mieux aujourd'hui, ne peux pas planifier, envisager une véritable diète. En espérant juste que ces maigres (ah ah, jeu de mots) efforts paient un peu, un tout petit peu.

Je vais te confier un dernier truc. Ce matin, l'homme a levé la grande, l'a habillée. Avec une jolie robe d'été. Et une queue de cheval dans les cheveux. Il lui a dit : "Va montrer à maman comme tu es belle."
Et j'ai vu comme elle était belle.
Et j'ai été jalouse de sa beauté, de sa grâce.
J'ai été triste, triste de la voir si jolie, triste devant la beauté de sa nuque dégagée, de son petit corps svelte, de ses jambes élancées, de son minois mutin. Triste d'avoir toujours voulu être ainsi, et de ne l'avoir jamais été.

Je me suis dit : "Elle est tellement belle. Tout le monde doit se demander comment elle peut être ma fille, en nous voyant. Moi, je me le demande. Elle est tellement belle, elle. Elle est tellement tout ce dont je rêve."

Voilà. Tu me vois tiraillée entre ce corps que je boude (euphémisme), que je voudrais plus beau, plus mince, et ce besoin viscéral que j'ai de manger, qui me remplit, me réconforte, prend soin de moi là où personne ne peut le faire.

Je n'ai pas envie de me lancer dans un régime draconien poisson-riz blanc-carottes vichy. Pas maintenant. Pas envie. Mais je voudrais bien avoir l'envie, la volonté, la motivation.

PS : mardi, je rencontre un nouveau psy. Après six ans d'analyse, ma super psy chérie a dit que ce serait bien de poursuivre avec quelqu'un d'autre, qu'on risquait de s'enliser dans les mêmes explications.  Ma super psy est super honnête, et a sûrement super raison. Alors mardi, je rencontre un nouveau psy. Peut-être arrivera-t-il à me réconcilier avec mon corps, lui.
Rendez-vous sur Hellocoton !

13 commentaires:

  1. Hello, plutôt que les haricots vapeur, c'est la bonne saison je pense pour se lancer dans de jolies salades composées ! Ça marche bien en plateau télé pour amoureux et c'est gustativement gratifiant :)

    RépondreSupprimer
  2. Hello, plutôt que les haricots verts un peu triste, c'est la bonne saison pour se lancer dans la confection de grandes salades composées ! Et ça marche très bien en plateau télé amoureux ;)

    RépondreSupprimer
  3. Bon courage, continue, petit pas par petit pas, c'st déjà super bien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, faut voir le chemin parcouru et pas l'inverse !

      Supprimer
  4. C'est le temps qui fera son effet. et même si personnellement je n'ai pas 45 kilos à perdre, j'ai commencé Weight Watchers et pour une fois je suis satisfaite du programme! Rien à voir avec un régime et limite aucune frustration.

    Continue comme tu fait c'est déjà un grand pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. WW, j'avais tenté l'année passée : très bon programme en effet, mais bien trop lourd à suivre pour moi, niveau des points, du journal à noter, tout ça... je n'ai plus une seule minute de répit dans une journée, alors impossible pour moi de suivre un programme aussi soutenu...

      Et alors, tu as eu des résultats déjà ? :)

      Supprimer
  5. Je suis moi même hyperphage, et je comprends très bien cette façon de fonctionner du "tout ou rien"
    je suis donc très admirative que tu réussisses à faire ces "maigres" efforts, qui représentent justement des petits pas vers la réussite.

    C'est un grand progrès que de réussir à moins grignoter, tout en ne rentrnt pas dans une phase de restriction stricte. C'est un grand progrès de ne pas manger une tablette de chocolat en te disant que de toute façon, pour aujourd'hui c'est fichu, tu te reprendras en main demain....

    Bref, je te félicite. Ta petite est encore toute petie justement. Et dans quelque temps, tu seras plus vaillante pour entamer une perte de poids plus importante

    En attendant, chaque effort est une victoire, et tu t'en sors plutot bien


    je te souhaite toute la sereinité possible face à ton alimentation

    Perrine, 35 ans, enceinte de 7 mois, hyperphage, boulimique, anorexique, boulimique, hyperphage, dukannienne, wwetteuse, boulimique, hyperphage, etc etc etc... depuis 20 ans...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil ici, c'est le yoyo perpétuel depuis au moins 25 ans (et j'en ai 29...), régimes secs, orgies, régimes secs, orgies, régimes, orgies......
      Ton message me rebooste un peu, effectivement, vu les circonstances, ce n'est déjà pas si mal ! Mais bon, tu me comprendras j'en suis sûre, ce que je voudrais surtout, c'est voir des effets directs sur la balance...
      Mais je sais en même temps que je n'en pas capable en ce moment. Alors parvenir à limiter les dégâts et à ne pas prendre, c'est déjà très bien en attendant d'avoir la force de faire mieux !
      PS : le coup de la tablette de chocolat m'a fait rire, car c'est exactement ce que j'ai fait hier ("Bah, foutu pour foutu, je suis pas à ça près..." et hop ! tablette :D)
      Courage à nous ! Ta grossesse se passe bien ? Tu ne craques pas trop alimentairement parlant ? :D Moi justemement, je me lâchais encore plus, je me disais que je l'avais bien mérité... ;)

      Supprimer
    2. Si si je craque...et je me sens coupable comme c'est pas permis. M'enfin, ma grossesse se passe plutot bien, c'est ça l'essentiel.
      J'ai juste une moyenne de prise de poids de 1 kilo par semaine depuis le début de ma grossesse, et je suis enceinte de 31 semaines, nickel.

      Alors comment s'est passé ton rendez vous avec ce nouveau psy?

      Supprimer
    3. Oh bah on a eu la même prise de poids alors :D

      RDV très spécial, j'ai préparé une note, tu verras demain matin ;)

      Supprimer
  6. J'espère que ce nouveau psy pourra t'aider.
    bises!

    RépondreSupprimer