mardi 16 juillet 2013

Journal d'une hyperphage #6


Ah oui, c'est vrai. La dernière fois, je te disais, pour changer, que j'allais m'y mettre. Que j'allais mettre un bon coup de collier, même temporairement, et que, pour sûr, j'allais perdre du poids. Que d'ici un mois, on me ferait certainement moults compliments sur tous ces kilos envolés – et avec quelle facilité, avec quelle détermination, diable !

Deux semaines plus tard, j'aimerais te dire que c'est vrai, que j'ai perdu six kilos (oui oui), que c'est pas tous les jours facile, mais que je m'accroche. J'aimerais, mais non.

Tu vas finir par trouver le scénario lassant, d'avance pardon, mais je n'ai rien perdu, donc ; je dirais même que j'ai sûrement pris pas mal vu qu'en fait je mange à longueur de journée – et pas de la salade.

Je ne sais pas ce que ça fait de ne pas dépendre de la nourriture, de ne pas y penser nuit et jour. Ça doit être bien. Ne pas passer sa journée à se demander ce qu'on pourrait bien ingurgiter de réconfortant au prochain repas – voire même dans la prochaine demi-heure. Ça doit être chouette. Je voudrais tellement, tellement ne pas vivre pour la bouffe ; mais je ne sais absolument pas ce que ça fait car, vois-tu, d'aussi loin que je me souvienne (et ça fait un bail), je n'ai toujours, toujours pensé qu'à la nourriture. Et ce, peu importe mon poids, ma taille ; aussi bien à 65 kg qu'en taille 52.

Je rêve de me libérer de ce joug, je rêve d'une vie qui ne tournât pas perpétuellement autour de la bouffe. Mais tu comprends, c'est plus fort que moi. Vraiment. J'ai beau savoir, j'ai beau être lucide, j'ai beau avoir conscience que je souffre ainsi, je ne peux pas m'en empêcher. J'ai BESOIN de manger, avec des tas de majuscules. Même si je me déteste pour ça.

La situation devenant à la limite du catastrophique – complexes +++, déprime, surpoids dangereux, urgence de cesser les dégâts, sans parler du fait que ça m'empêche de bosser correctement –, j'ai décidé, enfin, j'essaie de réagir. (Sans grande conviction, car je sens bien que je suis incapable de me libérer, mais bon, "qui ne tente rien", etc.)

RDV pris avec une nutritionniste mardi prochain.
RDV pris avec une hypnothérapeute fin août.

J'ai rien à perdre, tout à gagner, même si je ne m'en sens pas la compétence pour l'instant.

(En attendant, tu commences à me connaître : j'ai une semaine pour profiter à mort de la malbouffe.
C'est le mot.)

- - -

Édit du matin : Non mais je m'en sortirai un jour, hein ! Je sais pas quand, mais je m'en sortirai, pour sûr.
Rendez-vous sur Hellocoton !

7 commentaires:

  1. Je ne sais pas non plus ce que ça fait alors tes mots/maux je les comprends. Bises et courage.

    RépondreSupprimer
  2. je me reconnais dans ton récit !!
    je ne vis que pour la bouffe manger bcp toujours plus s'en vouloir alors manger pour combler sa peine manger parce que c'est bon manger parce qu'on est triste ou heureuse.
    manger la nuit manger le jour ....
    je m'y suis mise vraiment réellement - 18kilos en 2 mois et je vis encore et toujours pour la bouffe...
    à ce que je dois manger ou non
    là je suis stressée car je passe le permis au diable le régime je viens d'ingurgiter un paquet de chips é KINDER PINGUIN et 3 tamtam en 5 minutes ...
    je me connais ça va finir au toilette je manbge je vomis
    comme j'ai vomis je peux remanger oui mais si j'ai remangé je risque de grossir alors je revomis .... ça peut être comme ça 4 fois de suite et 3 4 fois dans la journée
    pas facile mais je n'ai pas atteint mon but me reste 5 kilos minimum et 8 pour être au top !!
    il faut trouver le moment aussi moi j'ai mis 18 mois avant de m'y mettre
    courage !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ben voilà c'est ça, je mange pareil, genre 5 Kinder Délice en 5 minutes ! (ou trois cônes glacés après le repas...).

      La différence, c'est que moi je ne vomis pas, c'est pour ça que je parle d'hyperphagie, ni mieux ni pire que toi en somme. J'espère que mes RDV vont m'aider !

      Et toi, tu te fais aider, soutenir, suivre ?

      Supprimer
  3. en ait je fais les deux je mange sans vomir et je mange en vomissant là mes crises ce sont accentuées car je régime (en plus ça sert à rien parce que quand je suis en crise je ne perds pas un gramme...)
    j'ai essayé de me faire aider mais ça m'a vite gonflé ...
    j'espère qu'à la fin de ma perte de poids ça va redevenir "normal"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Honnêtement, enfin je ne sais pas pour toi, mais pour ma part c'est tout sauf un comportement "normal" qui se réglera seul une fois le poids perdu. Je dirais même que ça n'a strictement rien à voir avec une histoire de kilos ou de surpoids. L'objectif avec ce comportement n'est pas de prendre ou de perdre, mais de remplir, de combler, de compenser, de détruire, etc., et/ou d'autres choses selon chacun. Personnellement, je ne saurais que trop te recommander de te faire aider encore, au moins psychologiquement (moi je vois un psy depuis six ans, et ça m'a énormément aidée même si j'ai encore pas mal de taf), si tu peux aussi physiquement. On ne se fait pas vomir ou on ne mange pas comme on mange toi et moi sans avoir quelque chose de plus sérieux au fond à régler. En tout cas c'est mon cas.

      Supprimer